Après avoir fait danser toute la Grèce quelques mois auparavant avec son très réussi single Meine Dipla Mou (reste à côté de moi), Dimos Anastasiadis continue sur sa lancée et sort un tout nouvel album. Disponible depuis le 22 septembre et sobrement baptisée Idia Matia (mêmes yeux), la galette regroupe onze chansons et réserve quelques bonnes surprises. 

Deux longues années se sont écoulées depuis le plutôt bon Allos Ego (je suis un autre) ; une période pendant laquelle Dimos Anastasiadis a gagné en expérience et amélioré son savoir-faire. C’est donc avec une confiance certaine que l’on aborde ce nouvel album, inévitablement destiné à faire mieux que son petit frère. D’emblée, Dimos Anastasiadis ouvre le bal avec son fameux Meine Dipla Mou. Valeur sûre dont le succès et la qualité n’est plus à démontrer, le morceau se révèle être une parfaite mise en bouche. A peine le temps de profiter de ce premier titre que l’auditeur enchaîne déjà avec le second : Idia Matia (la chanson qui a donné son nom à l’album). Si le rythme s’accélère légèrement, on reste néanmoins en terrain connu avec un style qui demeure sensiblement similaire, à savoir de la pop-rock. Cependant, il ne faudra pas attendre plus longtemps pour sortir des sentiers battus puisqu’avec son troisième morceau, Ah Eleni (Ah Hélène), Dimos Anastasiadis arrive à véritablement nous surprendre avec un genre qui crée une rupture totale par rapport aux autres titres. Ah Eleni est en effet la reprise d’une chanson dimotiko (la musique traditionnelle grecque, propre à chaque région), remise au goût du jour avec un rythme plus rapide et la présence d’éléments modernes. Autant vous dire que ça surprend agréablement.

https://www.youtube.com/watch?v=9C824Qdxrtw

La surprise passée, on enchaîne avec les morceaux suivants et force est de constater que Dimos Anastasiadis jongle avec une aisance remarquable entre différents genres, de telle sorte que presqu’aucun morceau ne se ressemble. Ainsi, on retrouve aussi bien de la pop (Perimeno na ‘rtheis – j’attends que tu viennes ;  Ellinas – Grec), de l’elafro-laïko (I Avlaia Ekleise – le rideau est tombé), de la musique alternative (Pio Omorfo Ton Kosmo Kaveis – tu rends le monde plus beau) et même du rap (Tis Nyxtes Ntynomai Paidi – les nuits, je redeviens un enfant -, qu’on aime cependant un peu moins) ! Un voyage au travers de différents genres qui se terminera aussi calmement qu’il a commencé, avec Sti Megali Ora (au grand moment). On déplore malheureusement un trop petit nombre de chansons présentes (à peine 11) qui semble inévitablement devenir une norme. Au final, avec Idia Matia, Dimos Anastasiadis fait beaucoup mieux qu’il y a deux ans et arrive à nous offrir un des meilleurs albums de l’année. Jonglant entre sécurité et prise de risques, le chanteur propose à la fois des morceaux classiques dont la popularité et le succès ne sont plus à démontrer et d’autres, plus originaux et audacieux, comme Ah Eleni, qui confère un côté unique à l’album. En somme, un beau voyage musical en perspective.

Tracklist :

1. Meine Dipla Mou (reste à côté de moi) – Moderno
2. Idia Matia (mêmes yeux) – Moderno
3. Ah Eleni (Ah Hélène) – Dimotiko <– Coup de cœur de l’album
4. Perimeno na ‘rtheis (j’attends que tu viennes) – Moderno
5. I Avlaia Ekleise (le rideau est tombé) – Elafro-laïko
6. Pio Omorfo Ton Kosmo Kaveis (tu rends le monde plus beau) – Moderno
7. Ellinas (Grec) – Moderno
8. An Tolmas (si tu l’oses) – Moderno
9. Me Poulas (Tu me trahis) – Moderno
10. Tis Nyxtes Ntynomai Paidi (les nuits, je redeviens un enfant) – Moderno (rap)
11. Sti Megali Ora (au grand moment) – Moderno

https://www.youtube.com/watch?v=Kpyr2-7EH9I&list=PLVSO1tpFIo7ycqCrWv1T8yeS2uhMnpcvf