Carrefour entre l’Orient et l’Occident, déchirée entre le poids insoutenable de son histoire et sa course folle vers la modernisation, la Grèce constitue un pays à part, avec une identité complexe qui lui est propre. Si depuis 1981, année de son entrée dans l’Union européenne, on assiste à une uniformisation progressive de son mode de vie – en particulier celui de la jeunesse – sur les standards occidentaux, il ne faut pas oublier que la Grèce, tant par sa culture que par ses coutumes, demeure un pays oriental, héritage d’une domination ottomane qui aura duré plus de 400 ans. Terre de rencontres et d’échanges entre de nombreuses civilisations – hellénistique, byzantine, ottomane et européenne -, la Grèce est donc un pays riche en traditions et en culture. Une richesse que l’on retrouve également dans sa musique et ses nombreux genres qui y sont associés, véritable vitrine historique d’un passé s’étalant sur plusieurs siècles. En voici un rapide tour d’horizon.

1. Le dimotiko, la musique folklorique grecque

Héritage de l’Antiquité et de l’époque byzantine, la musique folklorique grecque se divise en deux mouvements. Le premier, nommé Akritic, apparaît au IX siècle et conte la vie des soldats postés aux frontières de l’Empire byzantin ; le deuxième, nommé Klephtic, se développe suite à la chute de l’Empire en 1453 et perdurera tout au long de l’occupation ottomane. Il s’agit, en quelque sorte, de la musique des fameux Klephtes, des voleurs et vagabonds se cachant dans les montages. Le Klephtic connaît son apogée en 1821, suite à la révolution grecque qui durera neuf ans. Les principaux instruments du dimotiko sont le daouli, le violon, la lyre, le laouto et le tambouras. La musique folklorique grecque est particulièrement riche puisque chaque région, voire chaque village, possède ses propres chansons, traditions, costumes et danses.

https://www.youtube.com/watch?v=iUrvjVPBloE

2. Le rebetiko, le blues grec

Le rebetiko est une forme de musique populaire grecque apparue dans les années 1920 dont les instruments principaux sont le bouzouki, le baglama et la guitare. Suite à la Grande Catastrophe et à l’échange de populations entre la Grèce et la Turquie (traité de Lausanne), les Grecs de Turquie, riches pour la plupart, sont renvoyés en Grèce (et inversement) où, totalement abandonnés par l’État, ils vivront dans une pauvreté extrême. C’est durant cette période sombre que se développera, dans les quartiers les plus pauvres d’Athènes, le rebetiko, également appelé le blues grec, une musique empreinte de tristesse et de nostalgie, chantée par ceux qui ont tout perdu, pour ceux qui ont tout perdu. De nombreuses danses y sont associées, dont le zeimbekiko et le tsifteteli. Le rebetiko compte de nombreuses grandes figures, comme Vassilis Tsitsanis, Sotiría Bellou, Manolis Chiotis (l’inventeur du bouzouki à huit cordes) ou encore Rita Abatzi.

https://www.youtube.com/watch?v=lZS139s3-Ik

Exemple de zeimbekiko

https://www.youtube.com/watch?v=8GyoQ0LBvng

Exemple de tsifteteli

https://www.youtube.com/watch?v=LdLzxbbassU

3. Le laïko, la musique populaire grecque

Les années 50 et 60 voient apparaître un autre genre musical, le laïko, également appelé la musique populaire grecque. Mis en place par des virtuoses comme Vassilis Tsitsanis, Markos Vamvakaris et Manolis Chiotis (tous des rebetes notoires) et popularisé grâce à des ambassadeurs comme Stelios Kazantzidis, Dimitris Mitropanos, Marinella, Stratos Dionysiou, Tolis Voskopoulos et Grigoris Bithikotsis, le laïko connaîtra un essor fulgurant dans les années 50, 60 et 70, remplaçant ainsi petit à petit le rebetiko, à partir duquel il s’est développé (les deux genres possèdent d’ailleurs de nombreux artistes communs). Aujourd’hui, le laïko et ses thématiques – l’amour, la tristesse, l’amitié, la solitude,… – sont toujours présents dans la musique grecque, représentés par des grandes voix, comme Haris Alexiou et Giorgos Dalaras.

https://www.youtube.com/watch?v=Ept3bfRBVeA
https://www.youtube.com/watch?v=Uey_v7qf1ts

4. Les nisiotika, la musique des îles greques

Nés dans les îles grecques, les nisiotika sont chantés par une voix féminine très aiguë et une voix masculine grave. Chaque île possède ses propres musique et danse. Les principaux instruments sont la lyre, le laouto et le violon.

https://www.youtube.com/watch?v=sPvK8xfUIR8

5. Le smyrneïko, la musique de Smyrne

Comme son nom l’indique, le smyrneïko est un style musical originaire de Smyrne (l’actuelle Izmir, en Turquie). Apparu vers le XIXème siècle, il comporte de nombreuses variétés, résultat des influences des multiples communautés vivant dans la ville.

https://www.youtube.com/watch?v=NSiq5YtuaGA

6. Et aujourd’hui ?

Aujourd’hui, malgré son évolution incessante, la chanson grecque reste toujours marquée par la riche tradition musicale du pays ; de nouveaux genres, directement inspirés des anciens, ont également vu le jour. On retrouve par exemple l’elafro-laïko, un mélange entre le laïko et des styles modernes comme la pop. Si la « nouvelle » musique grecque à tendance à s’occidentaliser (notamment avec l’introduction de la pop, du rock, de la guitare électrique,…), de nombreuses chansons restent néanmoins influencées par l’Orient et demeurent donc assez semblables à ce qui se fait en Turquie et dans les pays arabes.

Exemple d’elafro-laïko

https://www.youtube.com/watch?v=xJR5t932quA

Exemples de chansons orientales

https://www.youtube.com/watch?v=7rdFeqzNVes&list=LLsgqeGZnZRAj-_eBPJd9kYA&index=15
https://www.youtube.com/watch?v=WdcyyJ4U2_c&index=5&list=LLsgqeGZnZRAj-_eBPJd9kYA
https://www.youtube.com/watch?v=N8TXaXjLFEI&index=11&list=LLsgqeGZnZRAj-_eBPJd9kYA
https://www.youtube.com/watch?v=EIMqOAwt4p0&index=7&list=LLsgqeGZnZRAj-_eBPJd9kYA